Pour être plus efficace, prenez exemple sur les showrunners

Je trouve le métier de showrunner fa-sci-nant.

Les showrunners, ce sont les personnes à la tête de nos séries préférées.

Parmi les showrunners célèbres on retrouve : 

  • J.J. Abrams pour Lost
  • Steven Moffat pour Dr Who
  • David Benioff et D.B. Weiss pour Game of Thrones

Ou plus près de chez nous : Alexandre Astier sur la série Kaamelott. 

Le rôle d’un showrunner est primordial dans la réussite ou non d’une série. Et selon Brett Martin dans son livre “Difficult Men: Behind the Scenes of a Creative Revolution”, c’est à eux que nous devons le succès grandissant des séries actuelles.

Le showrunner est un chef d’orchestre.

Il doit s’assurer de la cohérence artistique de la série, tout en gardant un œil sur les impératifs financiers et commerciaux imposés par les studios. En étant obligés de satisfaire à la fois les spectateurs et les studios, on imagine bien la pression qui pèse sur leur épaule au quotidien.

De ce fait, le parallèle avec les entrepreneurs se fait naturellement.

C’est donc intéressant d’observer comment ils travaillent, quelles stratégies ils ont mis en place pour atteindre leurs objectifs, et ce que l’on peut en tirer afin de gagner nous même en efficacité. 

Il est polyvalent

Le showrunner sait tout faire ou presque.

Il sait comment écrire des scénarios qui captivent le spectateur.

Il sait comment le mettre en scène afin de lui donner vie.

Il connaît les règles de la production sur le bout des doigts.

Bref, le showrunner est polyvalent.

C’est un véritable couteau suisse.

Il a embrassé sa facette d’artiste et de gestionnaire.

Cette double identité lui permet de comprendre l’ensemble des enjeux de la série et de pouvoir être le plus efficace possible.

Mais surtout, c’est cette polyvalence qui lui permet de communiquer avec l’ensemble de son équipe.

Parce que le showrunner délègue.

Beaucoup.

La délégation, le secret de sa réussite

Même s’il lui arrive de scénariser et réaliser certains épisodes lui-même, c’est impossible pour lui d’être partout à la fois. De gérer à la fois la partie artistique et commerciale de la série seul. C’est pour cette raison qu’il délègue énormément.

Cette délégation et ce travail d’équipe sont le secret de la réussite des séries à l’américaine. 

L’équipe créatrice de la saison 3 de Breaking Bad, avec Vince Gilligan comme showrunner. On constate que son rôle consistait moins à écrire et réaliser mais plus à canaliser l’énergie créative de son équipe. 

Que ce soit une équipe de scénaristes, de réalisateurs, des techniciens, chacun a son rôle à jouer. Et le showrunner veille à répartir les tâches entre les différents membres de son équipe. Son rôle consistera à jouer les chefs d’orchestre et à veiller que tous respectent le cahier des charges de la série (visuel ou scénaristique) qu’il aura pris soin d’établir en amont. 

Un modèle à suivre

Forcément le parallèle avec le chef d’entreprise saute aux yeux.

Comme lui, il doit être suffisamment polyvalent pour savoir tout faire. Mais ça ne signifie pas qu’il DOIT tout faire. Pour se développer il devra savoir s’entourer de personnes compétentes et ne pas hésiter à leur déléguer certaines missions, même les plus importantes. 


Télécharge ton guide gratuit !

Tu trouveras dans ce guide toutes les lois du temps à connaître pour booster ta productivité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :